Pourquoi: le syndrome de l’imposteur

Le pourquoi est la question la plus importante à se poser quand on a un objectif comme celui de l’indépendance financière. Le syndrome de l’imposteur n’en fait pas partie. Je traverse plusieurs étapes dans la vie où la réponse au pourquoi j’ai envie d’atteindre l’indépendance financière change. En tant que travailleur autonome, je vis des hauts et des bas constamment. Lorsque je perds un client, ou qu’un projet va mal, l’indépendance financière devient une nécessité. Au cas où je ne sois pas assez compétente pour travailler dans mon domaine.

Avez-vous déjà ressenti ce syndrome de l’imposteur?

Quand je perds un client, ou qu’un contrat ne se renouvelle pas, ou que je ne me fais pas rappeler par un potentiel contrat; je suis ben triste. Pas juste triste en fait, je sens mon cœur se briser en petit morceau. Je suis probablement beaucoup trop émotionnelle pour être travailleur autonome, mais je n’y peux rien!

L’autre jour, un client auquel je tenais beaucoup beaucoup n’a pas renouvelé le contrat pour plusieurs raisons. Et mon cœur s’est littéralement démoli. Je ne m’y attendais pas du tout! C’est à ce moment que je me suis dit : ”Je veux atteindre l’indépendance financière, pas juste pour la liberté de choisir ce que je fais de mon temps, mais parce que peut-être je ne suis juste pas assez compétence pour le travail que j’aime. Je suis un imposteur.”

Ce client en particulier ne m’a pas laissé aller pour une question de compétence, c’était une question de budget. Mais quand j’ai vu ce message, je me suis rappelé tous les fails de ma carrière. On m’a déjà dit que je ne fais pas l’affaire. Un nouveau client m’a déjà envoyé chier parce qu’il n’aimait pas ma façon de travailler. Toutes ces émotions ont refait surface très rapidement. J’ai eu de la misère à finir ma journée.

Tout ce à quoi je pouvais penser c’est: « je DOIS atteindre l’indépendance financière, parce que sinon, je vais finir à la rue sans argent et sans emploi. Il faut que j’atteigne l’indépendance financière avant qu’on ne remarque à quel point je suis incompétente et que je perde tous mes clients et mon emploi de jour.»

Comment le surmonter?

Plusieurs appellent ce sentiment le syndrome de l’imposteur. Ce sentiment que nous ne sommes pas qualifiées pour notre métier. Que nous sommes une fraude. Toutes ces mauvaises pensées ont pris d’assaut mon esprit pour tout le reste de l’après-midi. Je n’arrivais plus à me concentrer, j’avais juste mal. J’étais juste triste.

Dans ces moments, il est important de se rappeler toutes les bons coups de sa carrière. Parfois je l’oubli, alors je tente de me le rappeler souvent. Je vise l’indépendance financière non pas pour arrêter de travailler et me tourner les pouces. Surtout pas parce que je crois être incompétente. Je veux l’indépendance financière, car je vais pouvoir travailler uniquement sur des projets qui me tiennent à cœur. Peut-être pourrais-je utiliser mes compétences pour travailler dans une œuvre de charité, malgré le salaire très bas.

Et vous, comment faites-vous pour surmonter le syndrome de l’imposteur?

AuthorLily

Je suis la petite retraitée: Lily, 22 ans. Ce blogue est un récit de mon parcours vers l’indépendance financière.
Suivez-moi dans ce périple. 👇😇

5 replies to Pourquoi: le syndrome de l’imposteur

  1. J’ai découvert ton blogue il y a moins d’une semaine. Je suis moi aussi sur le chemin vers l’indépendance financière en tant que travailleuse autonome, et je me reconnais beaucoup dans ce que tu dis. Et comme de fait, depuis deux jours, je suis en plein dans le syndrome de l’imposteur avec quelques retours de clients mécontents. Je comprends donc parfaitement ce que tu veux dire!

    Merci pour tes articles 🙂

    • Salut Audrey & merci pour le commentaire. Ah le syndrome de l’imposteur, hein? 😉 Nous sommes plusieurs à se batter contre.
      Je te souhaite bonne chance dans ton parcours et continue de m’écrire! 🙂

  2. Hey Lily,

    Toujours un plaisir de lire tes articles, je ne prends pas forcément le temps d’écrire un commentaire mais j’attend avec impatience les articles.

    Le syndrome de l’imposteur, ou comment rajouter une marche à la réalisation des objectifs fixés ! Mais tout expérience est bonne à prendre, même celle d’être remis en question. En tout cas, tu es quand même sacrément motivée pour l’atteindre, cette liberté financière.

    Keep Going !

  3. Allo Petite retraitée!

    Je suis comme toi employé et également travailleur autonome. Compte tenu que j’offre des services fiscaux, je perd régulièrement des clients mais je vois ça pas contre ma compétence ou ma façon de travailler mais plutôt par un équilibre sain du marché. Qu’est-ce que je veux dire? C’est simple. Dans un marché libre, il y aura toujours des gens qui vont coûter moins cher ou offrir un peu plus de valeur ajoutée. Je crois que lorsque tu regardes ça froidement ainsi, ça fait pas trop mal. Je suis rarement content de perdre un client (sauf certaines fois où on ressent une libération en se disant qu’on aurait dû arrêter de le servir voilà longtemps!) mais je me dis que c’est ainsi. Compte tenu que je double ma clientèle à tous les ans, d’autres comme moi perdent aussi des clients à chaque année.. Donc en le voyant ainsi, tu te fais aucun mal et surtout tu continues d’aller de l’avant et de développer ton affaire 😉

  4. Bon texte!

Comments are closed.